Des logements accessibles aussi sur les terrains des CFF

Déception! Le rapport sur le logement, publié par le Conseil fédéral le 17 décembre, n’apporte rien de neuf. Il se contente de quelques idées, bien peu mûries, et de renvoyer la balle aux villes et aux cantons. Les familles qui cherchent à se loger décemment depuis des mois apprécieront. Celles et ceux qui consacrent à leur chez soi plus d’un tiers de leurs (petits) revenus attendront des jours meilleurs.

Mais le gouvernement suisse peut encore montrer bientôt sa volonté réelle de loyers accessibles. Il peut presser les Chemins de fer fédéraux de changer de cap dans le domaine immobilier. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) demande ainsi au Conseil fédéral de rappeler aux CFF leur devoir de vouer leurs terrains bien davantage aux logements abordables. La pétition peut être signée ici.

Sans pression des locataires, le nombre des logements accessibles n’augmenteront guère sur les parcelles de l’ex-régie.

PB_SBB_300

Les terrains des CFF se trouvent souvent près des gares, comme ici à Zurich, et dans les régions les plus touchées par la pénurie. Image/ Gaetan Bally/Keystone

Ces terrains se trouvent souvent près des gares et dans les régions les plus touchées par la pénurie. Mais, sur 450’000 mètres carrés de surface dévolus au placement, les CFF n’en consacrent que 8 pour cent aux logement ! L’information scandaleuse est donnée par le Conseil fédéral lui-même dans sa réponse à une interpellation socialiste sur la politique immobilière du 2e propriétaire foncier du pays. Sans pression des locataires, le nombre des logements accessibles n’augmenteront guère sur les parcelles de l’ex-régie.

Selon une récente interview tout au contraire, le secteur immobilier vise à l’avenir une part de 11 à 15 pour cent du chiffre d’affaires total des CFF, alors qu’il se situe à 4 pour cent actuellement. Cela implique d’augmenter encore la profitabilité des biens-fonds de la société ferroviaire et d’y construire avant tout des immeubles de luxe ou de prestige.

En janvier dernier, le Conseil fédéral a pourtant décidé d’approfondir l’usage conséquent de terrains d’entreprises liées à la Confédération pour des appartements à prix modéré. Le gouvernement répondait alors à une claire recommandation du Groupe des villes, des cantons et de la Confédération pour un dialogue en faveur du logement. Sans résultat connu à ce jour.

Les objectifs stratégiques 2015-2018 assignés aux CFF prévoyaient, dans une première version, de continuer à soumettre leur secteur immobilier aux «rendements usuels de la branche». Le gouvernement peut encore modifier ces objectifs, pour alléger l’obligation de profits des CFF.

Il faut bien plus d’espaces d’habitation à loyer modéré. Le succès de la pétition nous rapproche du but.